Available languages:
António Guterres (Secrétaire général de l'ONU) à l'occasion de la Journée mondiale de l'alimentation 2020
15 Oct 2020 -  L’attribution du prix Nobel de la paix de cette année au Programme alimentaire mondial de l’Organisation des Nations Unies est une reconnaissance du droit de tous les peuples à l’alimentation et de nos efforts collectifs pour atteindre l’objectif « Faim zéro ».

Dans un monde d’abondance, c’est un grave affront que des centaines de millions de personnes se couchent chaque soir le ventre vide.

La pandémie de COVID-19 a aggravé encore plus l’insécurité alimentaire, qui a atteint un niveau inégalé depuis des décennies.

Quelque 130 millions de personnes pourraient se retrouver au bord de la famine d’ici à la fin de l’année.

Cela s’ajoute aux 690 millions de personnes qui manquent déjà de nourriture.

Dans le même temps, plus de 3 milliards de personnes ne peuvent pas se permettre une alimentation saine.

Alors que nous célébrons le soixante-quinzième anniversaire de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, nous devons redoubler d’efforts pour atteindre les objectifs de développement durable.

Cela signifie un avenir où chaque personne, partout, aura accès à l’alimentation dont elle a besoin.

L’année prochaine, je convoquerai un sommet sur les systèmes alimentaires afin de lancer l’initiative en faveur de cet objectif.

Nous devons rendre les systèmes alimentaires plus résistants à la volatilité et aux chocs climatiques.

Nous devons garantir une alimentation durable et saine pour toutes et tous et réduire au minimum le gaspillage de nourriture.

Et nous avons besoin de systèmes alimentaires qui offrent des moyens de subsistance décents et sûrs aux travailleurs. Nous avons le savoir-faire et la capacité de créer un monde plus résilient, plus équitable et plus durable.

En cette Journée mondiale de l’alimentation, prenons l’engagement de « cultiver, nourrir, préserver. Ensemble ».
Open Video Category
Conferences/Summits