Available languages:
António Guterres (secrétaire général) à l’occasion de la Journée internationale des femmes et des filles de science
9 Feb 2021 -  Faire progresser l’égalité des genres dans les sciences et les technologies est essentiel pour bâtir un avenir meilleur.
Nous l’avons constaté une fois de plus dans la lutte contre le COVID-19.
Les femmes, qui représentent 70 % du personnel de santé, ont été parmi les plus touchées par la pandémie et ont été souvent en première ligne des efforts pour la vaincre.
Les inégalités entre sexes ont augmenté très fortement au cours de l’année écoulée, les femmes ayant le plus pâti des fermetures d’écoles et du télétravail.
Beaucoup de femmes scientifiques ont vu leurs laboratoires fermer et ont dû s’occuper davantage de leurs enfants et de leurs proches, ce qui a amputé leur temps de recherche.
Pour ces femmes, ces complications sont venues aggraver une situation déjà difficile.
Selon l’UNESCO, les femmes ne constituent qu’un tiers des chercheurs dans le monde et occupent dans les grandes universités des postes moins importants que les hommes.
Ces disparités font qu’elles publient moins, sont moins visibles, obtiennent moins de reconnaissance et, surtout, reçoivent moins de financements.
Parallèlement, l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique perpétuent les préjugés existants.
Les femmes et les filles ont toute leur place dans les sciences.
Et pourtant, les stéréotypes écartent les femmes et les filles des carrières scientifiques.
Il est temps d’admettre qu’une plus grande diversité favorise une plus grande innovation.
Si l’on ne féminise pas davantage les sciences, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques, le monde continuera d’être façonné par et pour les hommes et le potentiel des filles et des femmes restera inexploité.
Nous devons faire en sorte que les filles aient accès à l’éducation qu’elles méritent et qu’elles puissent se projeter dans les métiers de l’ingénierie, de la programmation informatique, du cloud, de la robotique et des sciences de la santé.
Cela est indispensable si nous voulons atteindre les objectifs de développement durable.
Augmenter le nombre de femmes dans les métiers scientifiques permettrait de combler l’écart de rémunération entre les sexes et d’accroitre les revenus des femmes de 299 milliards de dollars au cours des dix prochaines années.
Les compétences scientifiques permettraient également de combler la fracture dans l’usage d’Internet au niveau mondial.
Ensemble, mettons fin à la discrimination fondée sur le genre et permettons à toutes les femmes et les filles de réaliser leur potentiel et de participer pleinement à l’édification d’un monde meilleur pour toutes et tous.